Projet de Naissance


Mon projet de naissance
  • Ne pas précipiter artificiellement la naissance, bébé arrive quand il est prêt, du moment que tout va bien
  • Pas de péridurale. Elle n’est pas nécessaire si l’on a une bonne préparation à l'accouchement et si l’on est bien accompagnée (sage-femme, compagnon et/ou doula)
  • Pas de monitoring en continu, il peut très bien se faire sur des petites périodes d'une demi-heure s'il est vraiment nécessaire, toutes les 4 heures... (on parle comme toujours dans le cas le plus répandu d'un accouchement non pathologique !)
  • Pas de toucher vaginal à répétition.
  • Accoucher dans la/les positions de mon choix, position qui varie au cours de l'accouchement selon la position du bébé et son avancement dans le bassin maternel, et de la douleur ou sensation ressentie
  • Pas de poussée dirigée, inutile voire nocive : quand vient le réflexe d'expulsion, si l'accouchement n'est pas gêné par des interférences (paroles, bruits, lumières, gestes, sollicitations non demandées ou non vitales..., intimité tout simplement), on ne peut faire autrement qu'accompagner la « sortie » de bébé !
  • Pas d’épisiotomie, qui aucun sens dans un accouchement non pathologique ! Ne pas être « recousue » suite à une micro-déchirure ou petite déchirure du périnée … Le corps et le sexe de la femme dans la grande majorité des cas n'ont aucunement besoin de ces mutilations ! Les muscles très nombreux du périnée se « réparent » très bien moyennant une hygiène irréprochable !
  • Pas de ventouses ou de spatules sauf si le pronostic vital est en jeu …
  • Après l'expulsion, rester bébé et maman en tête à tête les yeux dans les yeux, ventre contre ventre ou bébé au sein, bien au chaud tous les deux, papa à nos côtés... rien de plus si tout va bien, vérifier de temps en temps (par la sage-femme) que la délivrance est en cours ou imminente (pas besoin de compression utérine (« massage » violent voire une ou plusieurs personnes du corps médical assis sur votre ventre!!) encore et toujours on parle de situations les plus fréquentes, non pathologiques)
  • Le bain peut attendre le lendemain, la pesée est inutile sauf en cas de pathologie, les soins peuvent eux aussi se limiter à une tétée et déposer un peu de colostrum dans les yeux et le nez (ou de sérum physiologique), même le cordon et ses soins peuvent attendre que celui-ci ait cessé de battre.
  • Allaitement à la demande, peau à peau
Maybeegreen : http://auxjardinsdumaternage.blogspot.com/

3 commentaires:

  1. Je suis choquée de lire de tels propos. Les femmes peuvent parler avec les professionnels de santé sans donner cette feuille, les médecins ou sages-femmes connaissent leur travail.

    Le monitoring, s'il est mis en continu c'est pour surveiller comment le bébé s'adapte aux contractions lorsque le travail a bien débuté.S'il y a quoi que ce soit, il n'y aura plus de nature et de cui cui les petits oiseaux puisque les parents porteront probablement plainte.
    Les touchers vaginaux sont réalisés toutes les heures lorsque le travail a commencé.
    Effectivement, l’anesthésie péridurale n'est pas systématique, encore faut-il aussi avoir suivi une bonne préparation à l'accouchement...
    Pour le reste, c'est ce qui est déjà pratiqué. Effectuer des épisiotomies c'est lorsque cela est vraiment nécessaire et non pas pour "mutiler" la dame ni même pour perdre du temps à suturer.
    Les ventouses et Forceps : idem
    Le bébé est laissé en peau à peau s'il s'adapte bien. Le bain n'est plus pratiqué le jour J.
    Pour la délivrance, il existe des recommandations pour prévenir les hémorragies de la délivrance...

    Donner cette feuille, c'est ne pas faire confiance, c'est être ignorant sur ce qui se pratique. Communiquer verbalement, exprimer vos désirs, vos peurs sera plus apprécié que de donner ces écrits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Je suis désolée de lire que vous êtes aussi naïve que je l'ai longtemps été : je m'explique avant que vous ne vous fachiez... Quand on a de la chance, celle de tomber sur une équipe ouverte et disponible, en effet, la naissance a lieu dans le respect et la douceur (même s'il reste du boulot concernant le bien-être de la femme et du naissant). Mais bien souvent, je reçois le témoignage de mamans dont l'accouchement n'a pas été cette idylle que vous dites. Le plus grave dans tout ceci est qu'il n'y a aucune garantie pour les parents et le bébé d'être accompagnés dans cette bulle d'humanité, même si nous sommes bien d'accord que les sages-femmes et personnels médicaux qui travaillent autour de la naissance n'ont pas pour but de traumatiser les mères et leur enfant, bien au contraire ; seulement les cadences de travail et le manque de créations de postes de sages-femmes n'aident en rien à améliorer la situation...
      Et c'est grâce au combat permanent des parents et des associations que la situation s'améliore petit à petit, mais bien trop lentement vu les derniers résultats périnataux de la France... On ne peut pas dire que nous soyons si bien loties, femmes, que vous le commentez avec mépris (nous sommes très loin du tout le monde il est gentil, comme vous prêtez à le croire ou à vouloir le faire croire !)
      Nous revendiquons de meilleures conditions de travail pour les sages-femmes, et qu'elles soient réellement ( et pas seulement sur le papier, et encore) considérées comme les premières actrices de la naissance, sauf bien entendu, quand il y a pathologie avérée.
      Nous voulons que les femmes, les mères, aient le choix ! Arrêtons de prendre les femmes enceintes pour des petits êtres incapables de discernement ( même s'il en existe certainement quelques unes) : elles sont à une période de leur vie où elles pèsent chaque décision comme ultra importante pour le reste de leur vie et de celle de leur enfant à naître !! Encore faut-il qu'on leur permette de s'informer de façon éclairer, sans leur dresser ni un tableau trop idyllique, ni un qui dramatise tout ce qui va leur arriver : donnons-leur les clés pour se faire leur propre idée et prendre leurs propres décisions, qu'il s'agisse de faire ou non un plan de naissance...
      Car je n'ai jamais dit qu'il était obligatoire !
      De même que je n'ai jamais dit de ne pas discuter oralement de ce qui importe aux mères, et aux pères, avec l'obstétricien ou la sage-femme... C'est même très fortement utile !

      Pour ce qui est des touchers vaginaux,ce qu'en dit l'OMS :
      (Extrait tiré du livret Les soins liés à un accouchement naturel, p.24, chapitre intitulé Le toucher vaginal): «[...]Il ne doit être effectué que par des accoucheurs qualifiés, ayant les mains propres et protégées par des gants stériles. Le nombre des touchers vaginaux doit être limité au strict minimum; pendant le premier stade du travail, une fois toutes les quatre heures suffit d'ordinaire, conformément au manuel sur l'utilisation du partogramme (OMS 1993). Si le travail se passe bien, un accoucheur expérimenté pourra se contenter d'un seul examen. Idéalement, il s'agira de l'examen nécessaire pour établir que le travail est en cours, c'est-à-dire pour confirmer qu'il y a dilatation du col (le critère le plus objectif d'un travail actif). Une autre pratique dans la gestion du travail consiste à n'effectuer un toucher vaginal qu'en cas de nécessité, par exemple lorsque l'intensité et la fréquence des contractions baissent, en présence de sang dans le bouchon muqueux, lorsque se manifeste le besoin de pousser, ou avant l'administration d'un analgésique. [...]
      Une femme ne devrait en aucun cas être obligée de se soumettre à des touchers vaginaux répétés ou fréquents effectués par plusieurs personnels soignants et étudiants.»

      Je tenais à répondre à votre réaction, car je ne censure que la publicité ou les insultes... pas les avis divergents.

      Supprimer
    2. Bonjour Anonyme.
      Je lis beaucoup de peur dans votre intervention.
      Je suis infirmière puéricultrice et doula.
      J'ai une connaissance de la naissance et peux témoigner qu'une instrumentalisation ne favorise pas une naissance eutocique.
      La maternité de Besançon a diminué son taux d'épisios à 25% quand certaines maternités de pointe abordent les 95%.
      Et pourquoi aujourd'hui il y a une rélfexion autour de l'excès d'instrumentalisation ?
      Et pourquoi un couple et d'abord une femme devraient ils être sacrifiés sur l'autel des angoisses des professionnels ?
      Oui la sécurité existe et oui on peut sans prendre de risques majeurs être favorable à un naissance la plus douce et la plus harmonieuse possible.
      On peut aussi travailler sur ses peurs.
      Un projet de naissance c'est une invitation à accueillir autrement un enfant et à aider les professionnels à harmo,iser leurs pratiques.
      Beaucoup de professionnels souffrent d'une hyper médicalisation qui nie leurs capacités à gérer.
      Je vous renvoie sur you tube aux vidéos de Benoit Le Goedec , sage femme, instructeur à l'école des sages femmes de l'hôpital Foch et père de 5 enfants.
      Pour avoir travaillé avec des sages femmes Anglaises qui avaient une grande habitude de la naissance à la maison je peux dire qu'en tout elles pouvaient effectuer 2 à 3 touchers et intensifier leur pratique si besoin était.
      Il est nécessaire de redonner confiance à tous, parents et d'abord la mère et professionnels.
      Ce n'est pas pour rien qu'il y a des demandes de plus en plus nombreuses de naissances à la maison et aussi de maison de naissance.
      Voilà j'arrive 2 ans après la "bataille" et je trouve toujours autant de nécessité à se battre pour une naissance respectueuse.

      Supprimer

Laissez un commentaire !